28 janvier 2020

Le Crouesty : un exercice incendie sur un voilier organisé samedi

Un incendie sur un voilier a été simulé dans le port de plaisance. Le télégramme Publié le 27 janvier 2020 à 12h43

Samedi matin 25 janvier, s'est déroulé au Crouesty un exercice d'entraînement entre les pompiers d'Arzon et les employés de la Compagnie des ports du Morbihan. Ils ont coordonné leurs efforts sur une simulation d'incendie à bord d'un voilier. Durant 40 minutes, ils ont mis en pratique un scénario très proche de la réalité : un feu se déclare sur un voilier, un témoin oculaire avertit la capitainerie qui se charge d'organiser les secours. Sur place, toute l'équipe de la capitainerie est mobilisée, soit 17 personnes. Moins de dix minutes s'écoulent avant l'intervention des pompiers (huit personnes et quatre véhicules).

En action, le personnel du port a déjà écarté les bateaux voisins de celui incendié et suit la synchronisation de l'exercice. Deux victimes sont à bord. L'une est brûlée, l'autre, inconsciente, a besoin d'une réanimation cardio-vasculaire, qui sera pratiquée sur le ponton.

L'exercice qui s'effectue tous les trois ans s'est parfaitement déroulé. Daniel Couëdel, chef de centre et toute son équipe s'entraînent sur d'autres scénarios une fois par mois.

Le Comité de coordination des associations arzonnaises (CCAA) regroupe et fédère de nombreuses associations et participe à l'animation locale et intercommunale avec le soutien logistique d'Arzon Événements.

« La vie associative arzonnaise, c'est aussi les manifestations s'adressant au public et faisant appel aux bonnes volontés, a commencé Nadine Hazebroucq, la présidente. Nous encourageons les bénévoles car nous avons toujours besoin de plus de bras pour l'installation des stands lors des manifestations. »

En 2019, 300 bénévoles se sont mobilisés pour la Semaine du Golfe et les Virades de l'espoir. Toute l'année, la Maison des associations (MDA) fourmille d'adhérents avec le club informatique, la peinture, le club photo, le bridge, les danses bretonnes, le théâtre ou encore l'art floral.

Deux arrivées et un départ

Flor Art'Rhuys propose un atelier floral, un vendredi par mois, à la MDA, de 9 h à 10 h 30 et de 11 h à 12 h 30. Inscriptions auprès de la présidente Annie Malet au 06 86 26 96 80.

L'Association des plaisanciers du port du Crouesty (APPC) qui compte 60 adhérents a vu le jour en décembre. « L'objet de l'association est de répondre aux attentes des plaisanciers qui utilisent le port du Crouesty. Nous organisons des groupes de travail concernant la sécurité en mer, sur les pontons, ainsi que sur la vigilance de la surveillance des bateaux des plaisanciers », a expliqué Alain Miceli, vice-président.

Écho Beach dont le but était la promotion du festival culturel Kerners de voyage cesse ses activités.

Du changement au bureau

À la suite de la modification des statuts, Alain Picquet (vice-président) et Armelle Pédron (trésorière adjointe) laissent leur place à Jean-Alain Patel nouveau vice-président et Valérie Dartigalongue, nouvelle trésorière adjointe. Dominique Le Guil remplace Francette Ruis qui n'a pas souhaité se représenter au poste de secrétaire. Christine Provost entre au bureau.

Depuis cet été, le CCAA a un site qui permet de trouver des informations sur toutes les associations : www.c-c-a-a.ovh. Cotisation : 25 €.

Les sauveteurs en mer ont besoin de 650 000 €

Le président d'honneur du CCAA, Roland Tabart, est intervenu à la fin de la réunion pour évoquer les besoins de financement de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM).

« Le président de la SNSM est face à un défi : trouver 650 000 €. La SNSM est un acteur majeur et indispensable de tous les usagers de la mer. Le président de la station d'Arzon a précisé ses besoins, notamment immobiliers, qui consistent en l'organisation de vestiaires hommes et femmes, de locaux techniques, un espace réunion et des bureaux. Le permis de construire sera déposé prochainement. Le coût est estimé à 350 000 €. Le Département est prêt à nous aider mais nous avons aussi besoin de vous », a déclaré Roland Tabart.

Modernisation de la vedette

Un autre dossier concerne la modernisation de la vedette. « La vedette qui est programmée pour une trentaine d'années aura 17 ans en octobre. Comme les statuts de la SNSM nous y obligent, elle va partir en carénage à Saint-Malo en réfection complète, avec remplacement des deux moteurs et de toute l'électronique. Ce qui représente six mois de travail. Elle pourra ainsi repartir pour une quinzaine d'années. C'est un coût énorme pour nous. C'est pourquoi nous avons besoin de toutes les bonnes volontés », a indiqué Dominique Samuel, président de la SNSM.

Diabihan et Naviguons contre le diabète sur le même bateau

Christelle Bordelais, la présidente de Diabihan avec Eva, sa fille, et Morgane et Ryan ont assisté à la mise à l'eau du nouveau bateau de « Naviguons contre le diabète », catamaran de course, en arrière-plan.

Mercredi, l'association vannetaise Diabihan et sa présidente Christelle Bordelais étaient à la base nautique de Lorient pour le baptême du nouveau bateau de l'association Naviguons contre le diabète, un catamaran de course, le Force 28 II, conçu pour allier performances sportives et confort de dix équipiers, avec un réfrigérateur indispensable pour les médicaments. Christelle voit dans ce rapprochement l'opportunité de faire naviguer ponctuellement les jeunes diabétiques de son association. Le bateau s'alignera sur plusieurs courses dont la route du Rhum 2022 et sera basé au Crouesty.

Vannes. Un bateau électrique pour le Parc naturel régional


Le PNR a fait l'acquisition d'un semi-rigide à propulsion électrique. Son nom : l'Hippowatt.

C'était un souhait des équipes du Parc naturel régional du golfe du Morbihan (PNR) : acquérir un navire électrique pour remplacer l'ancien semi-rigide, bien fatigué et surtout polluant. C'est chose faite. Le navire a été officiellement remis jeudi 10 octobre 2019 au PNR. L'emblème du parc étant l'hippocampe, le bateau a été tout naturellement baptisé Hippowatt.

L'Hippowatt est un semi-rigide de 5,80 m construit à Arzon, par la société Naviwatt, spécialisée dans la construction de navires électriques. Elle a sorti avant l'été une gamme de semi-rigides destinés au port de plaisance, les Zenpro. C'est ce navire que le PNR a choisi avec de petites modifications. L'autonomie a été augmentée pour permettre d'effectuer un aller-retour vers Le Bono, ce qui n'était pas possible avec la version standard.

Autonomie de douze heures

Les batteries de l'Hippowatt ont une autonomie de 12 heures à cinq nœuds de vitesse. Elles se rechargent en six heures pour un coût de 3 €. Les batteries sont les mêmes que la i3 de chez BMW. La propulsion est assurée par un moteur allemand de marque Torqeedo.

La société Naviwatt a pour le moment livré sept bateaux de ce style. Hippowatt est le premier sur la façade Atlantique. Les autres ont été vendus au port de Monaco, dans le sud de la France et au Pays-Bas.